à la uneportrait

Paralympiques au stade des Tuffes

Les Jeux Olympiques sont le plus grand événement sportif international au monde – et le deuxième sont les jeux olympiques de la Jeunesse. Cependant, un chose manquait aux JOJ par rapport aux jeux des « grands » : les jeux paralympiques !

Nordique paralympique

Paralympiques au stade des Tuffes : ski de fond avec guide

photo : Grégory Picout / FFH

Il est probablement superflu de le rappeler aux jurassiens qui avaient suivi avec assiduité les performances de Vincent Gauthier-Manuel, triple médaillé en ski alpin lors des jeux de Sotchi, mais chaque édition des jeux olympiques est suivie par des jeux paralympiques. « Mais jusqu’à aujourd’hui, ce n’était pas encore le cas des jeux de la jeunesse. Nous allons faire un premier pas pour améliorer ça… »

Dorine Arojo, Fédération Française Handisport

Dorine Arojo, de la commission ski et snowboard de la Fédération Française Handisport, travaille depuis deux ans avec sa fédération et le comité local d’organisation français des JOJ, sur le stade des Tuffes. « Nous avons pris contact avec Nicolas Michaud, directeur du site, et travaillé avec Flore Faivre, responsable du programme d’animations. Le comité national paralympique et la fédération handisport sont associés aux JOJ pour être présents durant les épreuves aux Tuffes ».

Ce n’est pas encore tout à fait les jeux paralympiques au stade des Tuffes, mais vous pourrez au moins découvrir les trois disciplines nordiques handisport dans la zone ludique du site : luge nordique, guidage et tir sonore.

Pour en savoir plus sur les disciplines nordiques handisport

démonstration de tir sonore

photo : Grégory Picout / FFH

L’équipe de France « handi » au stade des Tuffes

« Nous profiterons aussi des épreuves sur le stade des Tuffes pour une autre première exceptionnelle… Nous avons trouvé un créneau dans le programme de l’équipe de France pour la faire venir sur le stade, les 10 et 11 janvier. Et nous avons invités des jeunes en situation de handicap pour un stage et une rencontre avec l’équipe ». Ce stage « relève » sera pour eux l’occasion exceptionnelle de rencontrer les champions d’aujourd’hui, tels Anthony Chalençon ou Benjamin Daviet qui devraient être présents pour ces deux jours avec l’équipe de France.

Pékin, trop près … Alors Milan ?

Sans surprise, comme pour le sport valide, le handisport nordique recrute surtout en Bourgogne Franche-Comté et en Auvergne Rhône-Alpes. Mais ce n’est pas une règle : « Cécile Hernandez, notre championne, de snowboard, habite à Paris et vient de Perpignan. Le but de notre fédération est de de donner aux jeunes sportifs, quelque soit la région où ils habitent, des contacts près de chez eux, pour leur permettre de pratiquer dans les meilleures conditions ».

Soutenus par la Société Générale et le groupe Malakoff, la Fédération Française Handisport et les ligues handisport de Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes se sont associées à l’organisation de Lausanne 2020 pour accueillir durant leurs séjours aux Rousses les jeunes qui participeront à ce stage. « Nous les hébergerons sur la station et ils seront pris en charge autant que possible, pour réduire leurs frais au minimum ». Avec un objectif très clair pour la FFH : de ce stage de détection peut sortir la prochaine génération de champions :

« Pour Pékin, c’est peut-être trop près dans le calendrier, mais certains de ces jeunes pourraient aller aux jeux de 2026 » (Milan – Cortina d’Ampezzo).

L'équipe de France handisport, ski de fond avec guide

photo : Grégory Picout / FFH